A propos des « ME » [sumérien]

L’Hymne second à Inanna parle des « ME » (prononcé [mɛ]. Samuel Noah Kramer (assyriologue américain, spécialiste de Sumer et de la langue sumérienne, né en 1897 et mort en 1990)  traduit ces me par « lois divines ». Cependant il s’agit d’un concept complexe qu’il explique dans son livre L’Histoire commence à Sumer (éditions Champs Histoire, 2009. Pages 127-129). Je cite :

[…] Pour expliquer la marche et le gouvernement de l’univers, les philosophes sumériens avaient recours non seulement à des personnalités divines, mais aussi à des forces impersonnelles, à des lois et règlements divins, les me. Ce mot est attesté dans un grand nombre de documents : on constate notamment que des me président au devenir de l’homme et de sa civilisation. L’un de nos vieux poètes sumériens a même jugé à propos, au cours d’un mythe, de nous dresser le catalogue de tous les me qui concernent cette dernière. C’est en somme la première analyse connue des éléments de la civilisation. Notre auteur en énumère environ cent. Mais dans l’état actuel du texte, une soixantaine seulement nous sont intelligibles ; un certain nombre d’ailleurs, représentés par des mots mutilés et sans contexte explicatifs, ne nous livrent qu’une vague idée de leur sens réel et total. Mais il en reste assez pour que nous nous rendions compte de ce que les Sumériens entendaient par « la civilisation et ses éléments ». Ces derniers sont avant tout des institutions, certaines fonctions de la hiérarchie sacerdotale, des instruments du culte, les comportements de l’esprit et du cœur et différentes doctrines et croyances.

En voici la liste, du moins dans ses parties les plus intelligibles, et suivant l’ordre choisi par l’auteur sumérien :

  1. La Souverainté
  2. La Divinité
  3. La Couronne Sublime et Permanente
  4. Le Trône royal
  5. Le Sceptre sublime
  6. Les Insignes royaux
  7. Le sublime Sanctuaire
  8. Le Pastorat
  9. La Royauté
  10. La durable « Maîtresseté »
  11. La Dame divine (1)
  12. L’Ishib (1)
  13. Le Lumah (1)
  14. Le Gutug (1)
  15. La Vérité
  16. La Descente aux Enfers
  17. La Remontée des Enfers
  18. Le Kurgarru (2)
  19. La Girdabara (2)
  20. Le Sagursag (2)
  21. L’Étendard-des-Batailles
  22. Le Déluge
  23. Les Armes (?)
  24. Les Rapports sexuels
  25. La Prostitution
  26. La Loi (?)
  27. La Calomnie (?)
  28. L’Art
  29. La Salle du culte
  30. L' »Hiérodule du ciel »
  31. Le Gusilim (3)
  32. La Musique
  33. La Fonction d’Ancien
  34. La Qualité de Héros
  35. Le Pouvoir
  36. L’Hostilité
  37. La Rectitude
  38. La Destruction des Cités
  39. La Lamentation
  40. Les Joies du cœur
  41. Le Mensonge
  42. Le Pays rebelle
  43. La Bonté
  44. La Justice
  45. L’Art de travailler le bois
  46. L’Art de travailler les métaux
  47. La Fonction de Scribe
  48. La Profession de forgeron
  49. La Profession de corroyeur
  50. La Profession de maçon
  51. La Profession de vannier
  52. La Sagesse
  53. L’Attention
  54. La Purification sacrée
  55. Le Respect
  56. La Terreur sacrée
  57. Le Désaccord
  58. La Paix
  59. La Fatigue
  60. La Victoire
  61. Le Conseil
  62. Le Cœur troublé
  63. Le Jugement
  64. La Sentence du juge
  65. Le Lilis (3)
  66. L’Ub (3)
  67. Le Mesi (3)
  68. L’Ala (3)

Ce « bilan de la civilisation », malheureusement fragmentaire, nous a été transmis dans un mythe relatif à la déesse Inanna. Au cours de ce récit, l’énumération des me était répétée quatre fois, ce qui a permis, en dépit de nombreuses lacunes dues au mauvais état des tablettes, d’en reconstituer près des trois quarts.

(1) Dignité sacerdotale.

(2) Sorte d’eunuque, inverti ou asexué, qui jouait un certain rôle dans la mythologie ou telles parties du rituel.

(3) Instrument de musique.

[…]

histoire commence a sumer kramer

Publicités

Hymne à Inanna, Tempête de Tonnerre Fracassant

Je poursuis la traduction (de l’anglais vers le français) partielle du livre de Diane Wolkstein et Samuel Kramer, Queen of Heaven and Earth, her stories and hymns from Sumer. Voici le second des sept hymnes à Inanna. L’adaptation de Wolkstein se base en partie sur la thèse de doctorat de David Reisman, présentée au Département Oriental de l’Université de Pennsylvanie (1969), intitulée The Sumerian Royal Hymns ainsi que sur le livre From Poetry of Sumer de Samuel N. Kramer.

Pour lire l’Hymne premier à Inanna : Sainte Prêtresse du Ciel, c’est ici !

Extrait des Sept Hymnes à Inanna. Hymne second : Tempête de tonnerre fracassant

Fière Reine des Dieux de la Terre, Suprême Parmi les Dieux des Cieux,

Tempête de Tonnerre Fracassant, tu verses ta pluie sur toutes les terres et tout le peuple.

Tu fais frémir les cieux et trembler la terre.

Grande Prêtresse, qui peut apaiser ton cœur troublé ?

 

Tu brilles comme l’éclair sur les montagnes ; tu lances tes brandons d’un bout à l’autre de la terre.

Ton commandement assourdissant, sifflant comme le Vent du Sud, sépare les hautes montagnes.

Tu piétines le rebelle tel un taureau sauvage ; les cieux et la terre tremblent.

Sainte Prêtresse, qui peut adoucir ton cœur troublé ?
Ton cri effroyable provenant des cieux dévore ses victimes.

Ta main frémissante provoque la chaleur de midi planant au-dessus de la mer.

Ta traque nocturne des cieux rafraîchit la terre par sa sombre brise.

Sainte Inanna, les rives débordent avec les crues de ton cœur…

 

Au septième jour lorsque le croissant de lune atteint sa plénitude,

Tu te baignes et asperges ton visage avec l’eau sacrée.

Tu couvres ton corps des longs vêtements en laine de la royauté,

Tu attaches combat et bataille à ton flanc ;

Tu les noues à ta ceinture et les laisses reposer ;

 

En Eridu tu as reçu les ME* du Dieu de la Sagesse,

Le Père Enki t’a présentée les ME* en son saint sanctuaire d’Eridu.

Il a placé la royauté et la divinité dans tes mains.

 

Tu gravis les marches jusqu’à ton haut trône.

En toute majesté tu t’y assois

Avec ton époux bien-aimé, Dumuzi, à tes côtés.

 

Les dieux du pays, désireux d’entendre leur destinée, viennent devant toi.

Les dieux des cieux et de la terre s’agenouillent devant toi.

Les créatures vivantes et le peuple (de Sumer) viennent devant toi.

Le peuple (de Sumer) qui parade devant toi

Est stoppé par ton regard,

Et tenu sous ton saint joug.

 

* Note : les « ME » peuvent être traduits par « lois divines » bien que le concept soit plus complexe. Lire l’article en lien à ce sujet. 

 

Enki